• Je quitte Rillieux La Pape, mais non pas mon appartement, il m'appartient et j'ai mes locataires!

    Je vais aller vivre dans mon Chambon chéri, la "fraîcheur"des 1000m,

    le jardin, le village, mes amis de longue date!

    Fini la ville, ses immeubles, sa chaleur, etc...!

    Mon appartement sera administré par ma fille, les locataires, sympathiques, y resteront.....pour le moment!

    Bref, Le 1er septembre, j'y serai!

    A bientôt avec des photos!

    Bises à tout le monde

    Gigi

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • J'ai écrit cet article en 2016!

    Je voudrais compléter ces années qui ont marqué ma vie jusqu'en 2020!

    C'est un bilan non exhaustif qui marque certaines années par des évènements plus ou moins importants, mais dont je me rappelle!

    6 ans : J'ai appris que j'aime mon institutrice parce qu'elle pleure un petit peu quand on chante « Petit Papa Noël ».

    7 ans : J'ai appris que mon chien n'aime pas non plus mes épinards.

    9 ans : J'ai appris que si je souris aux gens qui m'ont parlé aigrement, ils me sourient aussi. ( j'ai découvert mon charme personnel!)

    12 ans : J'ai appris que quand je viens juste d'arranger ma chambre comme je l'aime, maman me demande de la nettoyer !


    14 ans : J'ai appris que si je veux me donner du coeur à l'ouvrage, c'est mieux si je commence par me préparer avec de la nourriture substantielle!

    15 ans : J'ai appris que, bien qu'il ne soit pas question que je l'admette ouvertement, je suis secrètement persuadée que mes parents ont quelquefois raison.


    24 ans : J'ai appris que rester ( difficilement) en silence est souvent bien mieux que d'affronter une polémique sans fin.


    26 ans : J'ai appris que faire des couettes aux cheveux de ma fille est l'un des plus grands plaisirs de ma vie.

    29 ans : J'ai appris que, où que j'aille, les plus mauvais chauffeurs du monde m'y ont suivi !

    39 ans : J'ai appris que, si quelqu'un se répand en calomnies à mon sujet, " la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe"!


    42 ans : J'ai appris qu'il y a des gens qui vous aiment très fort mais qui, simplement, ne savent pas le montrer.

    44 ans : J'ai appris que le mot " impossible" n'existait pas! ( j'ai passé et réussi mon bac quelques années plus tôt en même temps que mon fiston chéri)


    46 ans : J'ai appris que plus quelqu'un se sent coupable, plus il a besoin de rejeter la faute sur les autres et plus il est désagréable!

    47 ans : J'ai appris qu'enfants et grands-parents pouvaient s'apporter des joies immenses.

    48 ans : J'ai appris qu'aujourd'hui la vie continue et qu'elle sera meilleure demain.

    49 ans : J'ai appris que chanter "le doux caboulot" peut me remonter le moral pendant des heures.

    50 ans : J'ai appris que les matelas des hôtels sont plus confortables du côté opposé au téléphone.

    52 ans : J'ai appris que l'on peut se faire une idée très précise du caractère d'une femme selon sa façon de se comporter face à ces trois ennuis : un jour de pluie, ses clefs égarées, ou son soufflé retombé en galette!

    53 ans : J'ai appris que, quelles qu'aient été vos contacts avec vos parents, ils vous manquent terriblement après leur décès.

    58 ans : J'ai appris que gagner sa vie n'est pas synonyme de la vivre.

    61 ans : J'ai appris que si tu veux faire quelque chose de constructif pour tes enfants, tu dois essayer de ne pas en faire les confidents de tes malheurs.

    64 ans : J'ai appris qu'il ne faut pas se promener dans la vie en portant des gants de boxe : quelquefois, il vaut mieux offrir une rose de ta bouche.

    65 ans : J'ai appris que si tu poursuis férocement le bonheur, il t'échappe. Mais si tu te concentres sur ta famille, ton prochain, ton travail, la rencontre des nouvelles relations, et si tu essaies toujours de faire de ton mieux, alors le bonheur te rattrapera.

    66 ans : J'ai appris que quand je me force à décider quelque chose simplement par gentillesse, c'est neuf fois sur dix la bonne décision.

    72 ans : J'ai appris qu'il est important de croire aux miracles. D'ailleurs j'en ai vu plusieurs.

    75 ans :J'ai appris que j'ai encore un tas de choses à apprendre.

     

     80 ans : Je découvre que je suis une privilégiée : j’ai une santé qui, à part deux ou trois « petits désagréments »me permet d’être autonome, état merveilleux à mon âge,  d’avoir un intérêt profond sur ce et ceux  qui m’entourent! Que demander de plus? La sérénité, je l’ai et je la cultive!

    83 ans, c’est dans quelques jours!

    83....84....85....86.....et 87 ans!

    Pas possible! Le temps a passé si vite!

    J'avais beaucoup appris!

    J'ai appris à mettre dans ma vie tous ces acquis du temps passé, plus ou moins facilement, je dois dire!

    Un évènement ! J'ai été invitée à passer 4 jours au Carnaval de Venise par le couple de mes meilleurs amis! Un enchantement!

    Deux autres! La venue d'un bébé chez Muriel et Laurine, mes petites-filles!

    Je suis arrière grand-mère pour la sixième fois!

    C'est peu, n'est-ce pas? Mais si important chaque fois!

    Régal des yeux et régal du coeur!

    Le confinement du coronavirus, 3 mois? Il est derrière!

    Je n'essaie pas de compter les mois, l'année qui suivront! Je veux profiter chaque jour du temps que Dieu me laisse!

    Mon corps....m'obéit peu!

    Mon esprit résiste vaillamment, me laisse en plan lorsque je cherche le prénom de mes amis! Qu'importe!

    Je suis là, mais ayez pitié de mes visites espacées, je suis et reste votre amie!

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Je suis allée chercher l'extrait au début de mon nouveau blospace.

    Sarajevo. Année 1967

     

    Premières surprises de Madame.

     

    Après un trajet interminable, sur des routes enneigées, où le chasse-neige n'avait pas d'existence réelle, arrivée tardive à l'Hôtel de l'Europe, (-33° dehors!) dans un décor vieillot, mais confortable avec un orchestre jouant des airs langoureux, enfin à table!

     

    Monsieur, voulant rattraper la mauvaise impression d'un voyage pénible, commande avec largesse escargots et oeufs brouillés " à la serbe". Madame, ignorant comment tenir fermement ces coquilles nouvelles pour elle, en pince une dans l'instrument fourni, en y mettant le bout bien entendu, serre, et envoie un bolide au milieu de la salle, sous l'oeil goguenard d'un serveur stylé, mais impassible, qui emporte l'objet aux cuisines. Monsieur est atteint d'un fou-rire irrésistible, et Madame serre....les dents, lui laissant terminer tous les escargots!  Arrivent les oeufs à la serbe : Madame admire la couleut rouge de ces oeufs brouillés et se jette avec avidité sur le contenu avant que Monsieur ait pu dire un mot!

    Horreur! Quasi violette, sa respiration se bloque, elle hoquette, se jette sur la carafe d'eau, bloquée fermement par Monsieur qui lui fait ingurgiter tranches de pain sur tranches de pain! C'était des oeufs au piment! Madame se retire dans sa chambre, incapable d'avaler une bouchée de plus!

     

    Première sortie officielle.

    Passage obligatoire de tout enseignant à l'étranger.

    Monsieur présente Madame aux personnalités ( il était là depuis deux ans). Madame tend la main au personnage empressé, va pour serrer vigoureusement  (sportive accomplie et énergie garantie) celle de son vis à vis qui lui, avait l'intention de lui baiser la main! Catastrophe, les deux mouvements se contrarient, Madame vers le haut, le Personnage vers le bas, et le poing de Madame atterrit vigoureusement sur le bas du visage de l'éminent président! Une fois de plus, le manque de connaissances et de manières de Madame fait la joie de Monsieur ( qui le paiera plus tard!)

     

    Première rencontre avec l'ensemble des professeurs et des doyens de l'Université. Ue immense table! Des hommes! Une femme : Madame! Sur la table, des assiettes pleines d'oignons nouveaux ( genre de poireaux miniatures, en plus costaud) de la slivovic en pagaille ( alcool de prune à 50°) des verres spéciaux ( contenance 50 cl). Et la fête commence! verres remplis, le doyen lève son verre, prononce le traditionnel "jivelli" et ....cul-sec, imité par tous. Monsieur pendant la cérémonie des verres remplis glisse à Madame : " tu bois comme tout le monde et tu ne refuses RIEN, ajoute....et tu ne ma fais pas honte!" Et Madame boit, une fois, deux fois.....cinq fois, mâchant avidemment les fameux oignons supposés ralentir les effets de l'alcool! Suivent les entrées, arrosées de ce divin vin blanc, le jilavka, suivies du fameux capama,* que l'on fait descendre avec le puissant dingac, vin rouge épais à 15°! La suite du repas est très gaie, ces yougoslaves ayant des talents de chanteurs incontestés et des voix superbes! Madame dodeline, entend Monsieur prendre congé chaleureusement de tous, elle sourit béatement mais gracieusement, sent une main ferme lui empoigner la taille, sort dans un nuage.........et se réveille douze heures après!

    capama : ragoût d'agneau aux oignons verts, paprika en pagaille que l'on arrose de crême aigre kaïmac ( orthographe non gaarantie) Un délice! 

    Partager via Gmail

    14 commentaires

  • Sarajevo

    Cliquer

    Les flèches blanches dans la dernière photo, sont celles des mosquées!

     

    Le confinement me rappelle à moi-même! J'ai tout le temps!

    Temps de penser et de repenser! 

    Mon mariage, six mois après, le départ pour la Yougoslavie!

    Le choc!

    -33°!

    Le trajet dans la neige, ses péripéties, il y aurait trop à dire!

    Le deuxième choc!

    la ville!

    Ses dizaines de flèches blanches jaillissant des nombreuses mosquées! Féerique!

    3ème choc

    Dans une ville verrouillée par Tito, des rires, des chants, une joie de vivre s'exprimant à l'abri des maisons!

    J'ai aimé le tout passionnément!

    Je n'ai rien oublié!

    Pauvreté et beauté incroyable du pays!

    J'en écrirais un livre!!

    Je laisse quelques photos, quelques notes sur le contexte historique et géographique

    Sarajevo est située en Bosnie-Herzégovine. C'est la capitale du pays et la plus grande agglomération qui y existe. C'est une ville très touristique. Sa chaîne des montagnes et ses équipements venant des Jeux olympiques sont l'une de ses plus importantes attractions. On peut y faire de randonnées et des sports de haute altitude. En allant dans les rues de Sarajevo, on trouve encore des traces de la guerre. Y aller permet de se rendre compte de plus près de l'intensité du conflit passé. Autres sites attractifs qui s'y situent, il y a la grande mosquée, le musée historique et le musée national qui est spécialisé en archéologie

    La Gigi

    Par curiosité, vous trouverez page 1, le récit humoristique de l'arrivée en Yougoslavie de Monsieur et Madame vous devinerez, bien sûr, l'identité des deux personnes!

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  

    QUE FAIRE AVEC MA LIBERTE RETROUVEE?

    Que faire?

    D'abord oublier le confinement!

    En sortir avec mes yeux, mon esprit, c'est à dire lire, regarder sur le net les billets de mes ami(e)s!

    Contempler ce champ de lavande qui est sur la page d'accueil de mon ordinateur, y partir en pensée, essayant de retrouver ce magnifique parfum!

    Et lire, lire! Relire ensuite ces livres anciens, des classiques, comme "Les essais d'Albert Camus, si denses, à lire sur le temps!

    Le roman de Yristan et Iseut avec une préface de Michel Tournier

    La suite des livres de Daniel Pennac, dont l'un "La fée Carabine" Je ne les commente pas, je serais trop longue, les dégustant comme un monde nouveau!

    Le Don paisible un pavé de 1376 pages . Auteur, Mikhaïl Cholokov (prix Nobel de littérature) Là, la semaine ne me suffira pas!

    Et un dernier dans ceux que j'ai mis à part, "Le dernier des justes" de André Schwarz-Bart. Encore un prix Goncourt en 1959. Celui-ci m'a tellement touchée que je le relis , je ne sais, peut-être tous les 4 ou 5 ans!

    Je m'arrête là car j'en ai mis d'autres de côté!

    La lecture m'a toujours sauvée, dans les moments difficiles de ma vie, ou les autres!

    Je suis une lectrice passionnée mais les nouveautés ne m'attirent pas, ayant tellement de plaisir dans mes anciens!

    Mes contacts avec toute ma famille : se voir presque chaque jour sur Skype ou Messenger!

    Là, je suis  comblée!

    Je m'arrête, sachant que je peux vous écrire encore et encore , mais je suis raisonnable, non?

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique