• UN ABBE DONT JE GARDE LE SOUVENIR

    Je n'ai rien à ajouter

    sinon que l'homme et ses paroles m'ont toujours touchée au coeur!

    Gigi

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  

    LE TEMPS

     

     

    Ce petit retrait, j'en avais besoin!

    Besoin de me retrouver, moi, dans ce que je suis, ce qui m'attend, ce n'est pas de l'introspection, mais un regard que je veux lucide, sur mon présent, sur ce temps que je veux vivre jour après jour.

     Je n'y pense pas ou peut-être que je ne veux pas y penser!

    J'ai toujours eu ce bonheur de vivre dans le présent, de ne pas oublier le passé, mais d'en garder les joies plus que les peines, et de ne pas me crisper sur le temps qui reste!

    Je suis consciente de tout ce l'avenir me destine, que ce soit dans mon corps et dans mon coeur, mais je m'y projette peu!

    Je suis tombée par hasard, dans mes recherches fouineuses de tout et rien, sur un poème écrit par un ou une personne couverte sous son pseudo.

    Il m'a tellement chuchoté dans l'oreille ce fameux temps qui reste, mais sans sanglots, ni regrets, que je vous le donne, même si votre âge vous fait paraître ce temps bien lointain!

     

    Lorsque le temps qui passe, Devient le temps qui reste,

    Lorsque du souvenir, on dessine le geste,

    On voudrait revenir, à l’heure de la tendresse,

    Lorsque le temps qui passe, Devient Le temps qui reste.

    On cueille les soleils, à la morte saison ;

    La solitude habille les murs de la maison.

    Les rires s’en sont allés vers d’autres horizons

    Lorsque le temps qui passe, Devient Le temps qui reste.

    La télé recouvre le silence

    Qui se mêle à l’espace en unique présence

    Les photos sont témoins de toute une existence

    Lorsque le temps qui passe, Devient Le temps qui reste.

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  •  

    Mon jardin du Charbon est pour moi une île. 

    Le grand sapin du pré
    est comme un maître avec un grand chapeau en branches largement étalées pour me protéger.  Il nous indique comment nous devrions apprendre à devenir : centré sur nous-mêmes, mais ouvert aux autres. 

    Quelque soit notre entourage, les épreuves que nous traversons, les heures de doute ou de joie profonde, les conflits avec autrui ou nos amours réussis ou ratés, nous devrions rester fidèles au point d’ancrage quel qu'il soit

    Nous devrions rester tranquilles, au fond.

    Même quand tout semble se déchaîner autour de nous, ne perdons pas de vue nos repères intérieurs sous lesquels nous nous abritons avec confiance. Adaptons-nous aux circonstances extérieures, aux éléments venus nous polir l’âme et la conscience. 

    Comme l'herbe dans mon pré, laissons-nous faire sans résistance en s’inclinant devant la force bienveillante de la création.

    Mais à l’image de ce sapin, qui a résisté à toutes les tempêtes du vent du Sud,  robuste dans son ancrage,

    restons tenaces et inébranlables dans la recherche de soi-même et de notre existence au milieu des autres.

    Gigi

     

     

    Partager via Gmail

    18 commentaires
  • EXTRAIT DU LIVRE JACQUES SALOME

    VIVRE AVEC SOI

    DECOUVRIR JACQUES SALOME

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    29 commentaires
  • Et pas de commentaires dans le genre de celui de mon fils : " ça t'arrive?"

    Du temps à ne savoir que faire!

    Et mon esprit, vit-il ou pas?

    Alors( accrochez-vous!) que du sérieux!

    Et voilà ce que j'ai trouvé qui reflète tout à fait mon opinion de la société actuelle.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique