• A la recherche d'un appartement

    L'hôtel de L'Europe étant très agréable, mais le cadre de la chambre assez restreint, les affaires étrangères toujours navrées de nous dénicher quoique ce soit, il fut décidé de se débrouiller seuls!

    Monsieur n'ayant que 9 h de cours, le titre d'agrégé lui donnant cette faveur, accompagna Madame, vu sa connaissance de la langue apprise pendant les années précédentes, pour chercher cette perle!

    Mais.....rien ne correspondait à leurs désirs, et finalement ils se précipitèrent sur une annonce alléchante : "vaste chambre, salle de bains, chauffage"

    Evidemment la situation de celle-ci était moins alléchante! Quartier turc,  Baščaršija!  (Bachstartia)La prononciation fut facile à Madame, sachant rouler les r à la perfection!

    Mais......sur place, la réalité était plus décevante!

    Chambre quasi minuscule, salle de bains rustique, toilettes à la turque, et.......chauffage....au bois, dans un poêle situé dans la chambre!

    Bref, Monsieur et Madame, après délibérations ardues avec le gardien, qui ne comprenait pas les réticences de Monsieur et Madame, le bail fut signé......pour 6 mois avec promesse de renouvellement!

    Rappelons que leur arrivée était en octobre!

    Le froid étant arrivé, Monsieur se décida à acheter une stère de fois, qu'il fallut ranger sous le lit! Monsieur d'un côté, Madame de l'autre!

    Monsieur sachant parfaitement allumer n'importe quel feu, vu son habitude au Chambon sur Lignon, s'occupa avec adresse de disposer papier, petit bois et enflamma le tout!

    Une fumée épaisse envahit la chambre, la salle d'eau et asphyxia immédiatement Monsieur et Madame qui durent se réfugier dehors et attendre que le feu s'éteigne!

    Le gardien appelé par Monsieur, celui-ci se contraignant à la politesse, dut admettre que le feu avait été peu allumé et que le tuyau jamais ramoné!

    Il fut prié de le faire le plus vite possible et reçut pour ce service un pourboire  si conséquent que Monsieur faillit s'étrangler!

    Tout se faisant très lentement à cette époque, un bon mois se passa sans chauffage et Monsieur et Madame...
    ...Couchèrent habillés, se lavèrent habillés, quittant un à un les vêtements nécessaires à une mini-toilette!

    En novembre, une vie quasi normale reprit!

    La suite au prochain numéro

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    21 commentaires
  •  

    Première sortie officielle.

    Passage obligatoire de tout enseignant à l'étranger.

    Monsieur présente Madame aux personnalités ( il était là depuis deux ans). Madame tend la main au personnage empressé, va pour serrer vigoureusement  (sportive accomplie et énergie garantie) celle de son vis à vis qui lui, avait l'intention de lui baiser la main! Catastrophe, les deux mouvements se contrarient, Madame vers le haut, le Personnage vers le bas, et le poing de Madame atterrit vigoureusement sur le bas du visage de l'éminent président! Une fois de plus, le manque de connaissances et de manières de Madame fait la joie de Monsieur ( qui le paiera plus tard!)

     

    Première rencontre avec l'ensemble des professeurs et des doyens de l'Université. Ue immense table! Des hommes! Une femme : Madame! Sur la table, des assiettes pleines d'oignons nouveaux ( genre de poireaux miniatures, en plus costaud) de la slivovic en pagaille ( alcool de prune à 50°) des verres spéciaux ( contenance 50 cl). Et la fête commence! verres remplis, le doyen lève son verre, prononce le traditionnel "jivelli" et ....cul-sec, imité par tous. Monsieur pendant la cérémonie des verres remplis glisse à Madame : " tu bois comme tout le monde et tu ne refuses RIEN, ajoute....et tu ne me fais pas honte!" Et Madame boit, une fois, deux fois.....cinq fois, mâchant  gloutonnement les fameux oignons supposés ralentir les effets de l'alcool!

    Suivent les entrées, arrosées de ce divin vin blanc, le jilavka, suivies du fameux capama,* que l'on fait descendre avec le puissant dingac, vin rouge épais à 15°! Madame, voulant respecter la consigne de Monsieur : tu ne refuses rien, boit et mange de tout! Elle accepte que son verre, une fois vide soit rempli et le vide illico!

    La suite du repas est très gaie, ces yougoslaves ayant des talents de chanteurs incontestés et des voix superbes! Madame dodeline, entend Monsieur prendre congé chaleureusement de tous, elle sourit béatement mais gracieusement, sent une main ferme lui empoigner la taille, sort dans un nuage.........et se réveille douze heures après!

    capama : ragoût d'agneau aux oignons verts, paprika en pagaille que l'on arrose de crême aigre kaïmac ( orthographe non gaarantie) Un délice! 

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • Ces paragraphes de ma vie ayant déjà été publiés ici , j'essaierai de les agrémenter de quelques détails supplémentaires pour ceux qui ont déjà eu la possibilité de les lire, j'ajouterai que je comprendrai  très bien qu'il conservent leur commentaire initial!

    Tout le monde comprendra ce qui se cache sous Monsieur et Madame, ce qui me permet de publier en toute vérité des situations parfois désagréables!

    Premières surprises de Madame.

     

    Après un trajet interminable, sur des routes enneigées, où le chasse-neige n'avait pas d'existence réelle, arrivée tardive à l'Hôtel de l'Europe, (-30° dehors!) dans un décor vieillot, mais confortable avec un orchestre jouant des airs langoureux, enfin à table!

     

    Monsieur, voulant rattraper la mauvaise impression d'un voyage pénible, commande avec largesse escargots et oeufs brouillés " à la serbe". Madame, ignorant comment tenir fermement ces coquilles nouvelles pour elle, en pince une dans l'instrument fourni, en y mettant le bout bien entendu, serre, et envoie un bolide au milieu de la salle, sous l'oeil goguenard d'un serveur stylé, mais impassible, qui emporte l'objet aux cuisines. Monsieur est atteint d'un fou-rire irrésistible, et Madame serre....les dents, lui laissant terminer tous les escargots!  Arrivent les oeufs à la serbe : Madame admire la couleut rouge de ces oeufs brouillés et se jette avec avidité sur le contenu avant que Monsieur ait pu dire un mot!

    Horreur! Quasi violette, sa respiration se bloque, elle hoquette, se jette sur la carafe d'eau, bloquée fermement par Monsieur qui lui fait ingurgiter tranches de pain sur tranches de pain! C'était des oeufs au piment! Madame se retire dans sa chambre, incapable d'avaler une bouchée de plus!

     Suite au prochain numéro

     

    Partager via Gmail

    11 commentaires
  •  

    Première sortie officielle.

    Passage obligatoire de tout enseignant à l'étranger.

    Monsieur présente Madame aux personnalités ( il était là depuis deux ans). Madame tend la main au personnage empressé, va pour serrer vigoureusement  (sportive accomplie et énergie garantie) celle de son vis à vis qui lui, avait l'intention de lui baiser la main! Catastrophe, les deux mouvements se contrarient, Madame vers le haut, le Personnage vers le bas, et le poing de Madame atterrit vigoureusement sur le bas du visage de l'éminent président! Une fois de plus, le manque de connaissances et de manières de Madame fait la joie de Monsieur ( qui le paiera plus tard!)

     

    Première rencontre avec l'ensemble des professeurs et des doyens de l'Université. Ue immense table! Des hommes! Une femme : Madame! Sur la table, des assiettes pleines d'oignons nouveaux ( genre de poireaux miniatures, en plus costaud) de la slivovic en pagaille ( alcool de prune à 50°) des verres spéciaux ( contenance 50 cl). Et la fête commence! verres remplis, le doyen lève son verre, prononce le traditionnel "jivelli" et ....cul-sec, imité par tous. Monsieur pendant la cérémonie des verres remplis glisse à Madame : " tu bois comme tout le monde et tu ne refuses RIEN, ajoute....et tu ne me fais pas honte!" Et Madame boit, une fois, deux fois.....cinq fois, mâchant  gloutonnement les fameux oignons supposés ralentir les effets de l'alcool!

    Suivent les entrées, arrosées de ce divin vin blanc, le jilavka, suivies du fameux capama,* que l'on fait descendre avec le puissant dingac, vin rouge épais à 15°! Madame, voulant respecter la consigne de Monsieur : tu ne refuses rien, boit et mange de tout! Elle accepte que son verre, une fois vide soit rempli et le vide illico!

    La suite du repas est très gaie, ces yougoslaves ayant des talents de chanteurs incontestés et des voix superbes! Madame dodeline, entend Monsieur prendre congé chaleureusement de tous, elle sourit béatement mais gracieusement, sent une main ferme lui empoigner la taille, sort dans un nuage.........et se réveille douze heures après!

    capama : ragoût d'agneau aux oignons verts, paprika en pagaille que l'on arrose de crême aigre kaïmac ( orthographe non gaarantie) Un délice! 

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Deux semaines.......si longues!

    Mais qu'attendait-elle, Gigi chérie?

    Une déclaration d'amour?

    Peut-être oui, peut-être que non!

    Mais en tout cas, la confirmation qu'il l'avait choisie seule?

    Elle ne le saurait jamais.....quoique .....si!

    Une élève de 5ème, petite amie qu'elle avait par hasard trouvée à la chorale et qui n'avait pas cessé de lui coller au train, lui lâcha par hasard (!!!) ouais le hasard a bon dos, que prof tant aimé lui avait écrit!

    Stupeur et tremblements (la culture la suivait toujours, enfin celle de la Gigi plus tard!)). Aguicheuse, pét...., espèce de crevure, la fureur la rendait vulgaire! (sa culture des adjectifs puissants la suivait aussi souvent!)

    Elle hésita entre .....pas d'idées puisque la lettre tant attendue n'était pas encore là!

    Dents serrées, elle se dirigea d'un pas martial vers la boite aux lettres!

     Attends un peu, je vais te dire ce que je pense!  " Ecrire à des petites m...euses, je vais.....je vais....." elle ne savait plus ce qu'elle allait lui dire,

    à ce coureur de jupons!

    Mais....il y avait une lettre dans la boite!

    Et Gigi chérie oublia tout!

    Les yeux fermés, elle ouvrit la lettre!

    Avec les doigts, bien sûr! Elle ne se baladait pas avec un coupe-papier dans sa poche! Poche qu'elle n'avait pas!

    "Chère Gigi"

    Oui, je vais te dire ce que je pense de ton chère Gigi!

    Et sa lecture continuant, sa rancoeur s'adoucit.....pas complètement mais suffisamment pour qu'elle lise avec ferveur non pas des mots d'amour, mais une description de sa personne et de son charme qui la fit fondre de bonheur! Son écriture, lisait-elle, un champ de blé sous un doux souffle de vent .....et d'autres appréciations de sa personne qui l'affirmèrent que oui, il l'aimait!

    Les autres? pffff, Du pipeau!

    La suite au prochain numéro

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires